Nine et Milo – Pauline OUD

Nine et Milo 4≈ ¤ ¤ ≈

Découvrez cette collection de livres tout en douceur et en couleurs, adaptés aux plus petits afin de les initier au plaisir de la lecture 🙂

Suivez les aventures de Nine la lapine et Milo la petite souris : au square, au bain, à table, au lit, durant Noël, à la plage, pendant le goûter…

Parus aux éditions Mango, chacun des livres est cartonné et leurs pages épaissies pour résister aux mains expertes de Bébé ou de l’enfant – même le plus turbulent ! 😉

Une collection que je vous conseille vivement, vous ferez un ou des heureux !!!

Publicités

Un peu de temps pour Moi…

12847039-rose-fleur-de-cerisier-kawazu-cerisier-a-shizuoka-au-japon

Une fois n’est pas coutume, il m’arrive parfois de me retrouver seule dans mon appartement… Seule, j’entends par là sans cris joyeux ni rires d’enfants ; sans Little L. accrochée à mon bas de pantalon ; sans Miss J. qui, pendue à mon cou, me réclame à corps et à cris des « quaaaaa !!! quaaaaa !!! » (traduisez des câlins 😉 ) ; sans le bruit d’une machine à laver en train de tourner ; sans télévision en fond sonore…
J’aime ce brouhaha perpétuel qui ponctue mes journées, j’aime savoir et sentir que ma maisonnée est « vivante » et heureuse de l’être… Mais j’aime aussi, de temps en temps, pouvoir me recentrer sur moi-même. N’entendre rien d’autre que le silence… Un silence malgré tout rassurant, enveloppant, un de ces silences qui vous invite à la détente et au relâchement…
Vous voyez ce que je veux dire, j’en suis persuadée 🙂

Lorsque Chouchou travaille du matin et que j’ai pu grapiller quelques heures de sommeil réparateur la nuit précédente, j’aime à me réveiller en même temps que lui. Je lui prépare son café et un verre de jus d’orange pendant qu’il prend sa douche, nous nous installons derrière le comptoir de la cuisine. Parfois nous restons là en silence, il n’y a pour seule compagnie que nos respirations, le bruit de nos mains qui se cherchent, se caressent… Parfois nous parlons de choses et d’autres en chuchotant – nous sommes alors comme dans notre bulle, dans laquelle personne d’autre que nous n’a accès… c’est là aussi une sensation tellement agréable…
Après son départ vers 5h30, je me sers à mon tour un café ou un thé bien chaud puis je me blottis dans un plaid tout au fond de mon canapé. J’observe alors le lever du soleil (quand il y en a !!!), le chant des oiseaux me berce, les cygnes dansent sur le lac et leur bruissement d’ailes m’apaise… Parfois je m’endors ou je somnole, à mi-chemin entre la réalité et le pays des rêves, en attendant le réveil de mes filles.

Hier soir, à cause de ses horaires décalés Chouchou a préféré dormir en ville. J’en ai profité pour « cododoter » avec Little L. – elle était justement très en demande de contacts, ça tombait bien finalement 😉
Après une tétée matinale à 6h00, je décide de ne pas me recoucher. Ma fidèle amie à quatre pattes, ma Blonde, m’attend au salon. C’est l’heure de la ballade, elle le pressent et sautille tout autour de moi en frétillant la queue… Dehors, le soleil se lève à peine… Les rues sont désertes, à peine une voiture roulant au pas… Près du lac, le sentiment d’entrer dans un autre monde ; me voilà l’espace de quelques minutes, déconnectée de la réalité… Un héron, majestueux, se tient droit comme un -i sur un tronc renversé (vestige d’une tempête passée), il semble tout à la fois me fixer et ne pas me voir. Comme souvent lorsque je sors la Blonde, je regrette de ne pas avoir mon appareil photo sur moi…

Lorsque je rejoins la résidence, il est déjà près de 7h00. Dans l’appartement, c’est toujours le silence qui règne en maître. Les filles dorment encore… 

Aujourd’hui nous passons la journée chez mon amie Céline. Miss J. reverra avec plaisir son n’amoureux (j’ai nommé Choupi le Bienheureux), Little L. se mêlera sans doute à leurs jeux d’enfants ♥
Céline nous invite pour le déjeuner, c’est donc tout naturellement que je lui ai proposé d’apporter le dessert. Coquinette ne m’ayant pas laissé les mains libres hier soir, je m’atèle dès à présent à la préparation de ma tarte aux pommes maison – pour les gourmandes que vous êtes, la recette sera bientôt publiée dans un prochain billet… 😉

J’allume la machine à expresso avant d’enfourner ma tarte. L’odeur du café emplit le rez-de-chaussée ainsi que mes narines, j’adore cette effluve ! 
Confortablement installée dans mon canapé, je laisse le précieux nectar colombien terminer de réchauffer mon corps encore légèrement engourdi et de me réveiller. Tout en douceur, pas totalement… Laissez-moi encore un peu flotter dans cet espace irréel, loin du tumulte extérieur qui commence à naître… L’aube termine de poindre à l’horizon, une nouvelle journée peut commencer…

Aujourd’hui est le premier jour du printemps. Comme s’il n’attendait que cela, un petit rouge-gorge sautille sur le rebord de mon balcon en piaillant à mon attention. Ce n’est pas la première fois qu’il me rend visite, faisant fi de la présence de ma minette – qui ne s’occupe même pas de lui d’ailleurs, elle ne sait pas chasser comme tout bon « matou des champs » qui se respecte de toute façon… 🙂
Les rayons du soleil me caressent le visage, comme c’est bon de les sentir enfin !!! L’hiver se serait-il résolu à regagner ses pénates ? J’y crois fort, je suis une éternelle optimiste ^^
La Blonde s’est couchée à mes pieds, je n’entends à présent que son souffle régulier. 

Il est 8h00. Le délicieux parfum du mélange pommes-cannelle me chatouille les narines, il est temps de sortir la tarte du four 😉
Je délaisse un instant la rédaction de ce billet pour envoyer un SMS amoureux à Chouchou et commencer un brin de vaisselle.

J’ai profité de ces quelques heures pour moi, maintenant mes filles me manquent… Je les apprécie à leur juste valeur finalement ce brouhaha perpétuel, cette agitation constante…
Tiens ça tombe bien, j’entends Little L. qui s’agite dans son lit. Il est temps désormais de me blottir dans son cou, de sentir son odeur de Bébé, de frôler du doigt sa peau douce et délicate… Mais là, c’est une autre histoire !! 🙂

Papa est à la maison…

Pour une fois, Chouchou ne travaillait pas du week-end entier… C’est tellement rare que les filles et moi avons profité de lui au maximum !!! Lui de son côté souhaitait passer du temps avec Miss J. et Little L. comme s’il espérait ne rien manquer de leur évolution et rattraper le temps perdu en l’espace de deux jours seulement.
C’est attendrissant d’observer sa bonne volonté, ses efforts, sa complicité aussi avec ses enfants (c’est bien normal, c’est leur père après tout 😉 ), leurs moments de jeux et de fous rires partagés…

J’aime alors me mettre en retrait pour les laisser ensemble- certes le retrait ne dure pas longtemps, notamment avec Little L. qui réclame bien vite sa « Mamaaaaaaannnnnnn !!!!!!! » lorsqu’elle ne me voit plus ! ^^

Chouchou a été très présent durant ces deux jours (oserai-je ajouter « trop peut-être » ?? C’est que je n’ai pas l’habitude finalement…), un vrai touche-à-tout.
Je me suis régalée le voir essayer de bien faire, comme s’il maîtrisait la situation en toutes circonstances alors que parfois il semblait se noyer dans un verre d’eau ! 🙂

Eh oui !!! il n’y a pas que Maman qui puisse être débordée 😉

Allez, rien que pour vous voici quelques petits morceaux choisis. C’est cadeau !! ^^

4376036-6593123

Samedi matin, Chouchou décide de changer Miss J. après son premier biberon. En gentille petite épouse, je lui facilite la tâche en posant sur le lit de Chipinette ses vêtements pour la journée…

Chouchou : Elles sont où les couches ?
Moi : Sur ta gauche mon coeur, dans la corbeille rose… Mais elles sont inutiles le matin…
Chouchou :
(et il prend une couche)
Moi : Euh… Tu as entendu ce que je viens de te dire ?
Chouchou : Hein ? Quoi ??? C’est pas la bonne couche ??
Moi : Non, j’ai dit que Miss J. n’avait plus besoin de couches le matin. 
Chouchou : Ah bon ? Et pourquoi ??
Moi : Apprentissage de la propreté Chéri, elle a deux ans et demi il faut bien commencer…
Chouchou : Mouais…
(pas convaincu) … Elle va faire pipi partout, c’est sûr…
Un rapide baiser pour le rassurer et je commence à m’éclipser avec Little L. Quand soudain j’entends Chipinette réclamer ses collants (qu’elle avait dû voir sur le rebord de son lit). Prise d’un doute, je me retourne et vois Chouchou en train de lui remettre son pyjama.
Moi
(sur un ton qui se veut désinvolte) : Tu ne l’habilles pas ?
Chouchou
(gêné) : Ah oui… Mais je ne savais pas quelle tenue choisir… Je me suis dit que tu l’habillerais plus tard ?!
Moi : Les vêtements sont sur son lit…
Chouchou : Oups… je n’avais pas vu !
Fin du premier morceau choisi. Là-dessus, on lui laissera le bénéfice du doute… 🙂

***

Dimanche midi. Nous rentrons de courses en famille et c’est un accord tacite entre Chouchou et moi : lui remonte les sacs d’une tonne chacun, et de mon côté je range dans les placards et le réfrigérateur US.
Aujourd’hui il est déjà près de 13h00, Little L. n’a rien avalé depuis sa tétée du milieu de matinée et commence à s’impatienter. Au menu pour elle : légumes verts à la vapeur et jambon. Histoire d’avancer et parce que Chouchou me propose son aide, je lui demande de mixer une demi-tranche de jambon pour Coquinette.
En parallèle, je sors un bol de soupe de légumes du frigo pour Miss J. (soupe qu’elle n’a pas voulu finir la veille) en précisant à son père que ladite soupe sera pour elle donc.
Je finis de préparer les légumes verts, Little L. ronchonne de plus en plus… Pour la faire patienter, je suggère à Chouchou de commencer à lui donner un peu de jambon, le temps que ses légumes soient servis. Plein de bonne volonté, il s’approche de sa fille… le bol de soupe à la main !!!!!!!! Soupe qui n’est pas faite maison et qui contient de la crème, sacrilège suprême pour Little L. qui est APLV (Allergique aux Protéines de Lait de Vache) !!!! 😦
Comme Chouchou avait voulu bien faire, il avait mélangé le jambon à la soupe… Bon tant pis, ce sera pour Miss J.
Fin du second morceau choisi. On passera sur cette nouvelle « boulette », il y avait mis tellement d’énergie et de bonne volonté… 🙂

***

Dimanche après-midi. Les filles jouent sagement dans la chambre de Miss J., chambre que nous venons tout juste d’aménager différemment avec leur père – vous comprendrez bientôt pour quelle raison 😉
Tri des affaires, ménage à fond, déménagement de meubles ; je suis épuisée, une bonne douche chaude s’impose. Elle sera de courte durée, Little L. passant son temps derrière la porte de la salle de bains à me réclamer à corps et à cris (enfin surtout à cris pour le coup…). Chouchou me propose alors de s’occuper des enfants en attendant l’heure du dîner – ben vi hein, faut pas déconner non plus il faut que Maman soit présente à ce moment-là ! mdr – et me dit que je peux aller me reposer quelques instants dans notre chambre. Je l’aurais bien béni pour une si brillante idée !!! 😀
Dix minutes passent, je commence tout doucement à me détendre. Dans la pièce voisine (la chambre de Miss J.) j’entends Little L. râler mais j’essaie de l’ignorer, persuadée que son Papa saura la calmer sans que j’ai à intervenir… C’est beau de rêver !!! Moins d’une minute plus tard, la porte s’ouvre sur Chouchou portant Coquinette dans ses bras : Je crois qu’elle veut sa Maman… Forcément…
Fin du dernier morceau choisi. Dommage pour la sieste, mais de toute façon Chouchou ne semblait pas pouvoir rassurer Little L. et je n’aurais pas pu me reposer. On lui pardonne donc… 🙂

***

Conclusion : j’ai dû intervenir à de nombreuses reprises, mais je me dis que c’est peut-être ce que je souhaitais également au fond. Un moyen de me persuader que mes filles auront toujours besoin de leur Maman ? Sans doute oui… Je ne suis pas prête à les lâcher non plus dans un sens, tout le monde y trouve son compte 😉
Et Chouchou dans tout ça ?? J’ai trouvé qu’il a assuré comme un chef, c’est vraiment un Papa extra et très proche de ses filles malgré ses absences dues au travail ♥ ♥ ♥
Lui était ravi de son week-end en famille, prêt à remettre ça très vite… même si c’est crevant de s’occuper d’enfants rapprochés en bas âges (dixit ses propres mots) !! ^^

** Et chez vous, ça se passe comment ? Votre homme cherche-t-il à assurer dans tous les domaines ou bien son naturel seul donne-t-il d’excellents résultats ?? **

La période du Terrible Two…

Avis aux futures Mamans et aux jeunes Mamans d’enfants de moins de 18 mois !!!

Avant de commencer la lecture de l’article qui va suivre, son auteur tient à vous informer que celui-ci peut choquer votre sensibilité voire vous effrayer à l’idée de penser à ce qui risque de vous arriver dans les mois à venir… 😉
L’auteur se dégage de toute responsabilité quant aux répercussions qui pourront naître par la suite… Elle va néanmoins tenter d’aborder ce sujet avec légèreté, second degré et humour parfois… Autant éviter d’en rajouter une couche et essayer de dédramatiser au maximum !!
Bonne lecture… si vous l’osez encore  ! 🙂

images (2)

Le Terrible Two ??? Kezako ???
Parce qu’il n’existe pas de définition officielle à cette période délicate, laissez-moi vous préciser qu’elle est également communément appelée Première Adolescence ou encore Période Noire de l’Enfant (et pour les parents m’autoriserai-je à ajouter…). Et toujours parce qu’il n’existe pas de définition officielle, vous vous dites qu’avec ces nouvelles dénominations vous n’êtes pas plus avancés. Vous n’avez pas tout à fait tort !! 😉

Pour faire bref, le Terrible Two pourrait se résumer à une période « vachement troublée » (dixit Les Inconnus, j’avoue je me permets de pomper certaines expressions qui me plaisent parfois…) du petit enfant. Puisque vous n’êtes pas trop nuls en anglais, vous aurez aisément compris qu’elle a lieu aux deux ans de nos bouts de chou.
Hahaha, et là vous réalisez vite leur côté sadique à ces graines de démon ! Je vous ai déjà ressorti la phrase archi-entendue (mais tellement véridique) du fameux : chaque enfant est unique… Eeeeeeeehhhhhhhhhh vouiiiiiiiiii !!!!!!!!! Avouez d’ailleurs que ce serait bien trop simple si nos chères têtes blondes nous en faisaient baver uniquement à l’âge de 2 ans…

C’est ainsi que l’on peut avancer (sans trop se tromper ma foi) la réalité suivante, à savoir que la période du Terrible Two peut s’étaler entre les 18 mois et les 3 ans et demi de l’enfant (voire 4 ans pour certains, niak-niak-niak !!!). Avec un peu de chance, le vôtre ne se verra pousser des cornes sur le dessus du front qu’à ses 24 mois justement ou bien alors il commencera à 18 mois mais vers 2 ans et demi ses ailes angéliques repousseront du jour au lendemain…
Bref, vous avez compris l’idée.

Mais alors vous demandez-vous, quelle est donc cette période « vachement troublée » ? Comment se manifeste-t-elle ??
Ou bien peut-être êtes-vous déjà Maman et en lisant cet article vous pensez en soupirant : « Arf, mon petit est trop mignon !!! Il passera au travers c’est certain… On ne l’entend jamais pleurer ou se plaindre, il est super câlin… » Et bla, et bla, et bla. Soit. J’aurais envie de répondre que SI, votre enfant connaître fatalement un Terrible Two mais sans doute sera-t-il moins « violent » dû à son caractère bonne pâte à l’origine justement… Ou bien en tant que parent aimant et fier, vous refuserez de voir la triste réalité en face…

Pour les autres, la Première Adolescence de son enfant passe rarement inaperçue. A cet âge, il se cherche, souhaite devenir plus indépendant tout en sachant qu’il a encore besoin de Papa et Maman pour bon nombre de choses, supporte mal la frustration… Frustration… Si le Terrible Two pouvait se résumer à un seul mot, ce serait bien celui-ci.

Je vous rassure avant de poursuivre : cette étape est importante, voire vitale et essentielle dans l’évolution de votre enfant !  🙂 Elle l’aide à grandir, à se forger sa propre personnalité, son propre caractère qui fera de lui un être capable de réfléchir par lui-même, d’analyser telle ou telle situation.
C’est difficile pour les parents que nous sommes, mais il est indispensable de laisser notre progéniture apprendre à gérer lui-même les diverses frustrations qu’il traversera…

Laissez-moi à présent vous parler de mon expérience avec Miss J. Je vous le donne en mille, à bientôt 2 ans et demi ma Chipinette est entrée de pleins pieds dans sa période « vachement troublée »… depuis l’âge de 18 mois !!! Vous devez mieux comprendre la fourchette d’âges que je donnais plus haut à titre indicatif 😉
Ma fille aînée a toujours eu un caractère difficile et très entêté. A la naissance de sa soeur, elle venait de fêter ses 19 mois et la situation ne s’est pas arrangée – bien au contraire ! Jalousie, sentiment d’abandon sans doute, incompréhension, chamboulements de son quotidien… Chouchou et moi pensions (naïvement certainement, je le réalise aujourd’hui) que Miss J. avait (plutôt) bien vécu la naissance de Little L. Elle la couvrait de bisous, lui faisait des câlins à loisir, des caresses, m’épaulait durant les tétées (en m’apportant ma bouteille d’eau notamment ♥) : la grande soeur rêvée en somme ! Ça  c’était les premiers mois (j’aurais dû en profiter davantage)… Ensuite, tout s’est effondré comme un château de cartes. Je ne saurais dire quand exactement ni pour quelle raison…

Toujours est-il qu’au jour d’aujourd’hui, sa capacité de gestion de la frustration doit frôler le zéro sur l’échelle de Richter… voire même donner dans les négatifs certains jours…
Son mot de prédilection ? Le NON que son père et moi dégustons quotidiennement à toutes les sauces… Là pour le coup je vous passe les exemples, mais pour vous donner une idée c’est un NON prononcé avec un air dédaigneux, genre on lui propose de la crotte de chien ou un truc du genre…
Son activité favorite ? Hurler dans les oreilles de chacun des membres de notre famille, du matin au soir (enfin pour ma part hein, Chouchou parvient à s’évader au travail… si on lui avait parlé d’évasion au boulot il y a encore 3 ans, il nous aurait ri au nez m’enfin bref !) et du soir au matin, là encore pour n’importe quelle raison : nous rions, sa soeur pleure (heureusement que c’est un bébé calme dans l’ensemble !!), sa pyramide de cubes vient de s’effondrer alors qu’elle l’a elle-même renverser du doigt (je l’ai vue de mes yeux, vue)…

Celles qui l’ont vécu comprendront aisément la comparaison… Il me plaît souvent de me remémorer la grossesse de Little L. : deux semaines de faux-travail avec des contractions non-stop durant lesquelles je souffrais le martyr, et pourtant le jour du VRAI travail j’ai réalisé que j’étais alors loin, très très loin de la réalité…
Eh bien ! avec Miss J. c’est pareil !! 😉 Un bébé puis une enfant au caractère bien trempé, mais ce n’était rien à côté de cette période « vachement troublée » qu’elle vit actuellement… et que nous parents, subissons au quotidien !!!

Vous l’aurez compris, le bonheur et la joie d’être devenus parents deux ans plus tôt tourne vite à l’enfer sur Terre 😦
Et malgré tout il faut savoir garder son calme en toute circonstance, savoir punir tout en restant juste, toujours expliquer le pourquoi du comment à l’enfant (mouais… là-dessus je suis d’accord sur le principe, mais pour l’avoir testé sur Miss J. qui n’écoute personne et n’entend plus rien pendant ses « crises », pas facile de se faire comprendre ou ne serait-ce qu’attirer son attention) ; cela semble compliqué à première vue – je le reconnais, même pour une sainte-mère-patience comme moi – mais vous seriez surpris des capacités d’un père et d’une mère à faire le bonheur de leur progéniture…

Je prends chaque jour sur moi pour ne pas craquer, ne pas fondre en larmes devant mes filles et j’ai une lueur qui éclaire le bout du tunnel de mon quotidien : la rentrée scolaire 2013 !!! L’entrée à l’école de Chipinette ne changera certainement pas son comportement du tout au tout mais au moins je reste optimiste en me persuadant qu’elle ne pourra faire que du bien à tous points de vue et à chacun d’entre nous : Miss J. en premier lieu (car je suis sûre qu’une partie d’elle doit souffrir de cette situation…), mais aussi Chouchou, Little L. et enfin moi accessoirement 😉
Je fonde tous mes espoirs sur cette scolarisation à venir, sans doute à tort mais si cela m’aide à conserver ma patience légendaire ce ne peut être qu’une bonne chose pour tout le monde finalement !

J’ignore à quel âge Miss J. deviendra à nouveau une petite fille calme et sage (qu’elle sait parfaitement être parfois hein, il ne faut pas exagérer ce n’est pas un diable en couche culotte tous les jours non plus… et puis elle a toujours été extrêmement câline, ça compense certaines mauvaises journées de ce fait ^^), j’avoue espérer qu’elle retrouvera ses ailes de petit ange à trois ans plutôt que quatre, soyons honnêtes !
Je suis certaine d’une chose : lorsque Miss J. aura davantage mûri, sa jeune soeur (Little L. la bienheureuse) sera alors prête à prendre la relève dans cette période « vachement troublée » !!! Hum-hum…

La joie d’être Parents qu’ils disaient !! 🙂

Recette ≈ Gâteau aux Pommes

** Recette Sans PLV **

Recette familiale, qui se partage de mère en fille 🙂
De mon côté elle a été revisitée pour pouvoir plaire à l’ensemble de la famille – à notre petite Coquinette plus particulièrement…

Temps de préparation : 30 minutes
Temps de cuisson : 60 minutes

Ingrédients
> 1kg de pommes – Préférence pour la Golden mais choisissez la variété qui vous convient le mieux !
> 200g de sucre en poudre
> 200g de beurre
> 4 oeufs
> 200g de farine
> 1 sachet de sucre vanillé
> la moitié d’un petit verre de rhum

  1. Faire fondre le beurre au bain-marie, puis le laisser refroidir
  2. Préchauffer votre four à 220°C (thermostat 7-8)
  3. Mélanger le sucre, le beurre fondu, les oeufs, le sucre vanillé et le rhum
  4. Ajouter la farine. Bien mélanger !
  5. C’est à ce moment que j’ajoute ma petite touche personnelle 😉 : parsemer légèrement la pâte de cannelle en poudre et bien mélanger à nouveau !
  6. Beurrer un moule (environ 22cm de diamètre, assez haut) et le fariner légèrement – personnellement j’utilise un moule en silicone, je passe donc l’étape du « beurrage » et du « farinage » !! mdr
  7. Répartir la moitié de la pâte
  8. Peler et couper les pommes en quartiers et les disposer sur la pâte
  9. Répartir le reste de la pâte sur les pommes
  10. Faire cuire à four chaud pendant 60 minutes
  11. Laisser refroidir avant de démouler

C’est prêt ! Régalez-vous !!!

DSCN2036

Laisse-moi rêver…

Ces quelques lignes, je les avais jetées une première fois sur le papier j’avais à peine 16 ans – pfiou v’là la claque, ça ne nous rajeunit pas tout cela !!!

Pour te raconter en bref ma petite vie de l’époque (dont tout le monde se contre-fiche, mais si mais si…), je venais tout en même temps de connaître l’Amour – le vrai, le premier, celui que l’on imagine indestructible et pour la vie – et une déception si intense que je pensais alors ne jamais m’en remettre – j’y suis parvenue mais au prix de nombreux efforts et après avoir fait le deuil d’une « amitié » de plusieurs années…
Breeeeeffffff !!!! Je t’avais prévenue que ce n’était pas très intéressant m’enfin voilà, maintenant tu sais 😉

Je me suis remémorée ce texte que j’avais écrit un jour de déprime – en lectrice avisée que tu es, tu te douteras qu’aujourd’hui est une journée « sans » comme on dit…
Certes mon Blog se veut représentatif d’une bonne humeur communicative, mais je ne suis qu’une Femme après tout, une Femme comme les autres avec ses blessures, ses coups de blues, ses pensées négatives parfois, ses faiblesses… Et parce que de temps en temps ça fait du bien de se lâcher, quelle plus belle manière qu’à travers des mots ? A mes yeux en tout cas c’est beaucoup plus aisé que par les paroles – j’ai toujours été plus à l’aise avec l’écrit que l’oral 🙂

Je m’autorise à te faire partager mes désirs du moment, remaniés donc pour coller à ma situation actuelle : celle d’une Maman au foyer de deux enfants rapprochés, deux petites merveilles qui font chaque jour mon bonheur mais qui savent également jouer avec mes nerfs, mettre ma patience à rude épreuve.
Alors comme tout à chacun, il m’arrive de rêver…

***

Je rêve d’une journée de 27 heures (ou de 28, voire 30 selon les dates)…

Je rêve d’un bon bain chaud et moussant, qui me permettra de me relaxer pendant une demi-heure…

Je rêve d’un dîner en tête-à-tête avec Chouchou…

Je rêve de pouvoir prolonger ce moment romantique par une nuit sans enfants à la maison, et pourquoi pas de pousser jusqu’à un petit week-end loin du stress et de la routine de notre quotidien…

Je rêve d’un petit-déjeuner tranquille, sans un bout de bonne femme de 73cm à peine qui tire sur mon bas de pantalon en répétant sans cesse Mamannnnn, Mamannnnn

Je rêve d’une nuit de 8 heures non-stop, voire pourquoi pas 2 ou 3 autres d’affilée sans vouloir être trop exigeante…

Je rêve d’une seconde tasse de café (ou de thé selon les jours) avant 17h00…

Je rêve d’une journée (ou au moins quelques heures, je saurai m’en contenter !) rien que pour moi, à me faire chouchouter et dorloter…

Je rêve d’entendre Chouchou me demander « Quelle huile essentielle pour ton massage mon coeur ? » plutôt que d’entendre ses ronflements à peine s’est-il assis dans notre canapé…

Je rêve de retrouver notre chambre conjugale, notre lit, notre intimité…

Je rêve de pouvoir ressortir de ma penderie ce magnifique pull en cachemire (on en a toutes un), sans crainte qu’il ne finisse tâché de purée dans la minute qui suivra…

Laisse-moi rêver ces instants qui me paraissent inconcevables aujourd’hui et qui pourtant je le sais, reviendront un jour pas si lointain…

Mais ne m’empêche pas de rêver ma Vie, cette vie qui fait de moi une femme heureuse et une Maman comblée…
Je n’imagine pas ma Vie sans mes enfants, mes Bébés d’Amour, ni sans Chouchou, cet homme si merveilleux qui me supporte sans broncher (ou presque !) depuis toutes ces années…

Ils m’aiment tous les 3 comme je suis… Je les aime sans compter, bien au-delà de ce que j’avais pensé ni espéré pouvoir aimer un jour…

qlbvjivd

La sortie du samedi en famille… ou l’enfer à la suédoise

IKEA_Singapore

Il faut bien l’avouer, nous nous sommes toutes demandé comment occuper notre petite famille par un samedi pluvieux et froid.
Imaginez, visualisez… Votre homme (nous l’appellerons Chouchou) est avachi sur le canapé du salon, vraisemblablement pas motivé à vous aider pour tenter de calmer l’aînée (nous l’appellerons Miss J. ou Chipinette), 2 ans et demi, qui court dans chacune des pièces de l’appartement comme si elle les découvrait pour la première fois, en jetant ses jouets dans les moindres recoins. Pendant ce temps, votre petite puce de bientôt 12 mois (nous l’appellerons Little L. ou Coquinette) s’occupe comme elle peut à tester ses vocalises sur le chien qui ne bronche pas… ou à peine une oreille.

C’est lorsqu’une peluche de Miss J. manque de renverser une des lampes du salon qu’une idée fabuleuse vous apparaît soudain. Si vous évoluiez dans un dessin animé, une petite ampoule aurait jailli au-dessus de votre tête 😉

Vous lancez alors à Chouchou d’un ton qui se veut désinvolte : « Si on allait chez Ikea ? »
– Mmmmhhhhh…
Euh… Te dois-tu de répondre à cette réplique tellement profonde ?
– Chéri ???
– Mmmmhhhhh… Quoi ?
OK merci, ça fait plaisir…
– Je te proposais d’aller faire un tour chez Ikea. Pas longtemps hein, une heure à peine ! Tu te souviens qu’on avait parlé récemment d’acheter une nouvelle lampe-boule pour la chambre de Chipinette ?
– Mouais, si tu veux… Une heure alors, pas plus…
– On s’arrêtera acheter un hot-dog à un euro en repartant si tu veux (dernière tentative de persuasion purement dédicacée « zhom » !)

Une heure chez la firme suédoise, c’était sans compter l’heure nécessaire pour préparer tout votre petit monde (c’est toujours au moment de sortir que l’un de nos loulous décide de remplir sa couche d’une odeur pestilentielle… allez avoue, toi aussi tu es passée par là !!!) puis les 20 minutes de route pour rejoindre la Zone Industrielle dans laquelle a décidé de s’implanter Ikea.
Arrivés sur le parking, vous voilà soulagés de voir toutes les lumières d’annonce de places disponibles allumées au vert. Mouhahaha !!!! Comptez 20 minutes supplémentaires pour vous garer, mazette qu’est-ce que ce doit être lorsque les panneaux affichent pour la plupart un rouge sang « Parking Complet » ?!

Une fois dehors, les filles sont surexcitées. Comme pour vous rassurer mutuellement, Chouchou et vous vous promettez à nouveau de filer directement au libre-service et d’éviter le show-room du premier étage pour respecter votre timing d’une heure maximum.
On ne vient ici que pour une lampe-boule de toute façon, vous savez ce pourquoi vous êtes sur ce parking.

Ça y est, vous voici enfin dans l’antre du géant suédois ! Après avoir bravé le froid polaire extérieur, une chaleur bienfaisante vous enveloppe. Comme à chaque fois, vos belles promesses s’envolent et c’est le coeur léger que vous empruntez l’ascenseur (poussette oblige avec Coquinette), direction le fameux premier étage. L’univers du show-room avec ses couloirs fléchés et rutilants, faisant l’apologie des lattes de parquet made in Sweden (demandez conseil auprès de nos vendeurs pour plus d’informations)…
Le monde par excellence des intérieurs aseptisés et merveilleusement bien aménagés, où chaque objet et mobilier trouvent leur place – vous imaginez et visualisez toujours j’espère ?!

A peine les portes de l’ascenseur franchies que les joues de Coquinette virent au rouge. Vite vite vite, vous ouvrez en grand sa chancelière en tricot et vous chargez de lui enlever son blouson d’hiver à l’intérieur polaire. Du coin de l’oeil vous observez Miss J. qui semble déjà dans son élément en grimpant sur le premier canapé qui se présente à elle. Son téléphone portable rivé à l’oreille, Chouchou est quant à lui dans un autre monde. Pourquoi ces Messieurs ont-ils l’air de perdre soudain leur acuité visuelle à chaque coup de fil ???

Dans un soupir d’exaspération, vous commencez à zieuter du côté des tables basses – ça tombe bien, vous projetez d’en acheter une…
Chipinette court partout dans les rayons désormais (entre 2 cavalcades vous êtes parvenue à lui retirer son épaisse doudoune), vous décidez de laisser son père gérer en lui rappelant néanmoins de ne pas la perdre des yeux, pas envie de perdre votre enfant dans toute cette foule. Pour information, Chouchou est toujours en train de papoter au téléphone.

Vous arrivez au rayon des canapés, en remarquez un tout de cuir vêtu qui vous plaît bien (même très bien !), Chéri est encore et toujours en ligne…
Ah non ! enfin il vient de raccrocher mais a laissé Miss J. lui échapper. Heureusement que votre Princesse n’est pas si rassurée que cela par le monde qui l’entoure, vous l’entendez bien vite qui vous appelle. Votre sang ne fait qu’un tour, votre coeur finit de battre la chamade lorsque vous la prenez fermement par la main, vous accroupissez à sa hauteur pour lui expliquer pour quelle raison elle ne doit en aucun cas s’éloigner de Maman et Papa, pendant que sa petite soeur prend un malin plaisir à vous tirer les cheveux… Un petit savon à Chouchou au passage (petit car vous n’aimez pas vous afficher en public et encore moins vous disputer avec lui devant vos enfants), il s’excuse la tête basse. Vous lui parlez en vitesse du canapé remarqué précédemment et qu’il a raté, ah ! mais que cela ne tienne pourquoi ne pas retourner le voir ? Mais bien entendu Chéri, vous voici donc à contre-courant du reste des visiteurs (sacrilège suprême chez Ikéa, tu as déjà essayé ???), vous vous appuyant sur la poussette de Coquinette en prime – vous sentez quelques regards désapprobateurs se poser sur vous…

Chouchou s’éclate avec sa grande fille dans ledit canapé, au bout de 10 minutes d’essai (pas moins !) décision commune est prise : ce sera VOTRE futur canapé. Bon à presque 900 euros vous serez encore patients quelques mois par contre 😉

Le reste de la visite du premier étage se fait plutôt rapidement pour un jour de grande affluence, vous prenez votre temps au rayon literie (là aussi vous choisissez votre futur lit en king size SVP) puis le perdez au royaume des enfants. Miss J. a été sage, vous lui permettez de s’amuser avec des copains de son âge dans les tunnels colorés, mettre le bazar dans les panières de peluches…
Un coup d’oeil à la montre, l’heure initialement prévue a déjà filé à toute vitesse ! Vous n’en dites mot à zhom, pas forcément envie de speeder au libre-service.

Là-bas, c’est la caverne d’Ali Baba et la ruine pour votre compte en banque. Le célèbre grand sac jaune à l’épaule, vous vous arrêtez chacun votre tour dans les différents rayons « Tiens il fallait acheter ça ! » – « Ah oui ! mais tiens regarde là-bas, il ne faudra pas oublier la planche à découper !! » – « Oh ! des pailles, on les prend ? Le paquet à la maison est presque vide… »
Le cabas se remplit à vue d’oeil de choses et d’autres, plus ou moins futiles, plus ou moins inutiles. Et dire que les luminaires sont encore loin…

Miss J. commence à fatiguer et à ronchonner, Little L. aussi. On installe l’aînée dans la poussette (mais bon sang, pourquoi n’avez-vous pas penser à la double ???), vous portez la petite dans vos bras. Elle prend son pouce, pose sa tête tout contre votre épaule…
Vous pressez Chouchou, il faut speeder là !

Hop ! encore quelques babioles, vous avez baissé les yeux devant les plantes vertes et vous voilà à chercher l’Allée 34, Place 16… Ah oui ! je ne vous ai pas dit, mais tant que vous êtes là vous avez finalement décidé d’acheter le paravent pour votre chambre dont vous parliez depuis des semaines.
Vous avez vu de loin les files de personnes faisant la queue en caisses qui ont finit de vous convaincre : vous n’allez pas risquer de poireauter une demi-heure au mieux pour seulement 2-3 trucs ?!

Rhooo mais zut ! l’achat du paravent n’était pas prévu au départ, Chouchou n’a pas pris de chariot… Heureusement un ange suédois était parmi vous ce samedi, un caddie vide et en état de marche (yeaaaaahhhhhh !!!!) se profile au fond de votre Allée. Chéri se jette dessus 😉 après avoir pris soin de récupérer LE carton qui vous intéresse – tu le fais aussi non ? Genre il reste encore une dizaine de produits sous la référence qu’il te faut mais tu crains toujours qu’ils disparaissent dans la seconde…
On galère un peu pour installer le carton dans le caddie (un caddie je précise, l’ange suédois n’a pas été suffisamment généreux pour vous apporter un chariot plat !!) pendant qu’un couple finit de se disputer à côté de vous. Pour Chouchou et vous la grande question est : qui va surveiller Chipinette, qui a retrouvé le plancher des vaches ?? Ni une ni deux la voilà calée comme il est possible de la caler dans le caddie, en prenant soin qu’elle n’écrase complètement le carton.

Les caisses se profilent, comme d’habitude vous choisissez celle qui avance le moins vite. Du moins est-ce l’impression que nous avons toutes et tous les shopping-days de grande affluence n’est-ce pas ?
Zhom ne veut pas laisser Miss J. plus longtemps dans le caddie, ok repose-la si tu n’as que ça à faire de lui courir après… Vous restez donc seule avec Little L. qui s’est endormie comme une bienheureuse dans sa poussette, la poussette devant vous et le caddie que vous tirez d’une main. C’est bientôt votre tour, vous téléphonez à zhom qui se trouve toujours vous ne savez où avec votre fille, pour qu’il vous rejoigne. Lui arrive la bouche en coeur : « Je vais acheter les hot-dogs avec Miss J. Tu pourras te débrouiller seule ? » Mais ouiiiiiiii bien entendu, j’ai l’habitude de tout faire seule de toute façon… Arf ! vous l’auriez bien tué sur place si vous l’aviez pu !!!

Les voilà qui s’éloignent, heureusement Little L. dort toujours à poings fermés. 5-6 articles scannés, vient le tour DU fameux paravent. Là forcément Chéri n’a pas fait attention, le code barre est en-dessous – bah voui ! ça aurait été beaucoup moins drôle sinon…
Vous voilà en train de vous contorsionner avec l’hôtesse de caisse pour que le prix s’affiche.

Le montant total de vos achats s’affiche alors : 111 euros et des poussières. Vous vous souvenez soudain de vos résolutions de base : moins d’une heure en magasin (euh… là ça fait déjà près de 3h), on achète une lampe et c’est tout (mouais, pour ça aussi on repassera hein !), un hot-dog en partant (là ok, on s’y est tenu 😉 ).
Vous payez sans broncher (enfin vous essayez mais si la caissière a un oeil averti elle a dû réaliser que votre visage est passé au gris caverneux en l’espace d’une seconde à peine) et partez vous installer sur un banc pour attendre votre homme et votre fille aînée (qui eux font toujours la queue pour ce fichu hot-dog promis à Miss J.).

Et flûte !! vous venez de réaliser avoir oublié de présenter votre carte-cadeau de 19 euros, quelle cruche !!! Carte cadeau qui expire dans 4 jours, inutile donc de préciser 19 euros de perdus… Chéri va vous trucider ! C’était sans compter la seconde petite ampoule lumineuse de la journée qui jaillit au-dessus de votre tête : avec un peu de culot vous vous présentez au comptoir des cartes-cadeaux (eh oui ! chez Ikea ils ont du personnel dédié à cela uniquement !!), expliquez votre situation au jeune homme qui vous reçoit (quelle chance !), un sourire charmeur et il accepte d’échanger cette carte-cadeau contre une autre du même montant mais sans date limite de validité.
Piètre consolation mais c’est toujours ça de pris. Elle servira de petite remise pour votre futur lit, ou votre futur canapé à 899 euros… 😉

Dehors, la nuit est tombée – obligés que vous étiez à attendre 30 minutes supplémentaires dans le hall d’entrée/sortie (elles se confondent en Suède) que Miss J. veuille bien avaler au moins sa saucisse de poulet.

Vous arrivez finalement confiants à la voiture, on charge et zou ! retour à la maison. Personne ne le dit clairement mais un regard échangé avec votre moitié suffit à comprendre que vous pensez à la même chose : un samedi chez Ikea, plus jamais vous ne vous ferez avoir !!!
C’était sans compter LE carton du paravent (toujours lui tu remarqueras…) qui, bien de forcément, ne rentre pas dans la berline 5 portes !!! Aaaaaaarrrrrrrggggggghhhhhhhh !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

On essaie, on réessaie (« comme ça, c’est bon tu crois ? » – « ah ! là c’est bon je pense, non zut le coffre ne ferme pas !! »), on pense même appeler le meilleur ami pour qu’il vienne aider (avec une 205 qui a déjà du mal à rouler à vide, dans laquelle les ceintures arrières sont trop courtes pour même que l’on puisse installer les siège-autos des filles, mais dans la précipitation et le stress du moment vous souhaitez parer au plus pressé) et puis finalement miracle, votre petit ange suédois (sisi souviens-toi, celui au caddie !) ne vous a pas abandonnés…

La voiture est pleine, croisez les doigts pour ne pas tomber sur un contrôle de police justement aujourd’hui – là je fais court, passons sur l’anecdote du couple qui a souhaité prendre votre place de parking en vous demandant « Vous partez ? » alors que le coffre était encore ouvert et que le carton dépassait toujours légèrement… Hum-hum, no coment !

A votre retour la maison vous paraît si calme, si tranquille, si paisible… Vous vous imaginez déjà confortablement installée dans votre lit (les filles sont crevées, Chouchou et vous aussi), aussi décidez-vous d’installer sans attendre votre nouvelle lampe-boule et là… oh ! et puis m**** il faudra songer à retourner au pays suédois qui vend séparément les ampoules correspondant à ces p****** de lampe-boules !!! 😦

Merci Ikea pour cette agréable journée de détente passée en famille dans ton domaine, ton antre, ton paradis où tout est tellement bien rangé, propre et où la vie semble si facile. Merci !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA